FamilleLoisirsParticuliers

Situation inquiétante : 13,3% des jouets contrôlés sont non-conformes

Publié le 20 décembre 2018 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Suffocations, étouffements, étranglements, brûlures, lésions auditives, occlusions intestinales, expositions à des substances dangereuses… certains jouets présentent des risques qui peuvent porter atteinte à la sécurité des enfants. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vient de publier les résultats de ses contrôles effectués en 2017.

La DGCCRF vérifie chaque année le respect de la réglementation par les opérateurs du secteur des jouets. Les contrôles permettent d’identifier d’éventuels produits dangereux commercialisés en France.

Les contrôlesLes résultats
3 348 établissements visités

10 600 actions de contrôle

722 prélèvements de jouets

13,3 % de prélèvements analysés et déclarés non-conformes et dangereux

949 avertissements

29 procès-verbaux

380 000 jouets remis en conformité ou détruits

Les manquements en matière d’informations de sécurité les plus courants

  • absence du marquage « C E » ;
  • absence d’avertissements réglementaires ;
  • usage abusif du logo de restriction d’âge ;
  • absence de mode d’emploi en langue française.

À savoir :

La DGCCRF a noté que les exigences en matière de sécurité (fabrication, avertissements réglementaires) restent méconnues chez les petits opérateurs indépendants et dans les commerces ambulants ou les marchés de Noël. Pour ces derniers, s’ajoute l’absence de traçabilité des jouets mis en vente (factures inexistantes, imprécises, illisibles ou incomplètes). Les règles leur sont rappelées dans un premier temps par les enquêteurs lors des contrôles.

Les dangers identifiés

  • les petits éléments détachables (suffocation, étouffement) ;
  • l’accessibilité au rembourrage d’une peluche ou d’une poupée en tissu (étouffement) ;
  • la stabilité des jouets porteurs (chute) ;
  • le choc électrique ou l’accessibilité aux piles pour les jouets électriques (brûlures, ingestion) ;
  • le risque d’exposition à des substances dangereuses (phtalates, colorants azoïques, …), métaux lourds (plomb, nickel, cuivre, …) et substances parfumantes allergisantes ;
  • la force magnétique de pièces composant un jeu de construction (occlusion intestinale) ;
  • la longueur de corde d’un jouet (étranglement) ;
  • le niveau sonore des jouets acoustiques (lésions auditives).

Les conseils aux parents

  • vérifier la présence des marquages obligatoires (marquage européen « C E ») ;
  • vérifier la classe d’âge à laquelle est destiné le jouet (notamment pour les jouets interdits ou déconseillés aux enfants de moins de trois ans) particulièrement lorsque le jouet comporte de petites pièces ;
  • lire attentivement les recommandations et mises en garde figurant sur l’étiquetage ou l’emballage ;
  • écarter les jouets dont la notice n’est pas traduite en français ;
  • pour les jeunes enfants, privilégiez les mécanismes simples et évitez les jouets qui comportent des mécanismes pliants (risque de pincement ou de coupure) ;
  • faire attention aux jouets qui comportent des piles (vérifier, si cela est possible, la sûreté du boîtier et l’accessibilité aux piles) ou un transformateur permettant un branchement électrique ;
  • préférer les plastiques colorés dans la masse (les peintures sont sensibles aux chocs et peuvent s’écailler) ;
  • ne pas hésiter à demander de manipuler le jouet ;
  • privilégier les circuits commerciaux classiques, ne pas acheter à des revendeurs à la sauvette ;
  • ne pas laisser traîner des objets pour adultes qui peuvent être attrayants pour les enfants, ni des articles conçus pour la décoration (les articles de Noël à suspendre dans le sapin par exemple).

Lire aussi : Fêtes de fin d’année : comment éviter les mauvaises surprises

Source service-public.fr

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Fermer