Internet et NumériqueParticuliers

Robot culinaire connecté : un assistant ou un espion ?

Cette année, le robot culinaire connecté est l’un des cadeaux les plus convoités. Ce robot de cuisine multifonctions accompagne les utilisateurs pour l’élaboration de leurs recettes et la confection de leurs plats.

Cet objet connecté, si réputé soit-il, cache bien d’autres facultés qui s’avèrent inquiétantes. En effet, il peut collecter des données personnelles sur les habitudes alimentaires et les habitudes d’utilisation. Mais, il peut aussi enregistrer les conversations de ses utilisateurs.

Les robots culinaire concernés

Tous les robots de cuisine ne font pas l’objet d’inquiétude. Certains robots de cuisines restent très primaires avec un simple programme marche/arrêt et des fonctionnalités bien définis sans aucune connectivité requise.

Mais d’autres robots culinaires disposent d’une connexion Wi-fi permettant d’accéder à une assistance en ligne. Cette assistance comprend des recettes régulièrement mises à jour et un mode d’emploi. Elle comprend également des instructions d’utilisation et l’envoi des recettes sur le téléphone mobile.

Beaucoup de ces robots de cuisine sont également équipés d’un microphone intégré. Dès lors, ces robots culinaires connectés sont au cœur des inquiétudes de la CNIL.

Le danger du robot culinaire connecté

Comme expliqué plus haut, certains de ces robots culinaires connectés disposent d’un microphone. Ce dernier offre à son utilisateur la possibilité d’enregistrer des consignes et de créer un compte personnel pour bénéficier d’options supplémentaires.

Ainsi, le robot culinaire connecté va pouvoir assembler des donnés confidentielles sur les habitudes alimentaires de l’utilisateur grâce aux recettes enregistrés. Il collecte également des informations sur la voix de l’utilisateur (aidé par les consignes qui lui sont adressé) et enregistre les conversations qu se passent en cuisine.

Ensuite, le constructeur va pouvoir utiliser ces données personnelles pour analyser le comportement des utilisateurs. Parfois, ces données servent aux partenaires commerciaux du constructeur pour cibler leurs publicités.

Par exemple, Monsieur A utilise son robot culinaire connecté pour cuisiner des pâtes 4 jours par semaine. Le constructeur va récolter cette information et la transmettre à son partenaire commercial fabriquant ou distributeur de la marque Pâtes. Ensuite, Monsieur A va voir apparaître des publicités de la marque Pâtes sur les appareils connectés à sa WIFI. 

Voir aussi : Le dioxyde de titane interdit dans les denrées alimentaires au 1er janvier 2020

 

La protection de l’utilisateur du robot culinaire connecté

Le règlement européen 2016/679 relatif aux données personnelles des personnes physiques pose les règles de protection en la matière.

Tout d’abord, l’utilisateur est informé de l’objectif de réutilisation et transmission de ses données privées. Ainsi toute information utile et importante est mise à sa disposition.

Pour respecter cette obligation, certains constructeurs mettent à disposition de leurs utilisateurs un accès virtuel aux données collectés. Cet espace virtuel permet à l’utilisateur de consulter les données collectés et de les supprimer.

Ensuite, l’utilisateur est sollicité pour donner son accord ou son refus sur l’utilisation de ses données. Cette sollicitation ne doit pas figurer dans les conditions générales de vente. Ainsi l’acceptation de l’utilisateur des CGV n’implique pas nécessairement son accord pour la collecte de ses données.

Voir aussi : RGPD : gare aux contrôles de la CNIL

La Cnil face au robot culinaire connecté :

 

Face aux inquiétudes des consommateurs, la CNIL a mis en ligne certaines recommandations.

Premièrement, les utilisateurs savent que tout robot culinaire disposant du WI-FI aura accès au réseau informatique domestique. Ce réseau comprend le partage de fichier, les imprimantes..

Deuxièmement, le microphone présent sur l’appareil culinaire est activable à tout moment par le constructeur. L’activation du microphone se fait par simple mise à jour. L’utilisateur n’est pas nécessairement informé de l’activation du microphone. Toujours selon la CNIL « le microphone pourra alors enregistrer et transmettre des extraits sonores à des tiers« .

Enfin, l’utilisateur doit se montrer vigilant sur certains points.

Avant tout achat, le consommateur se renseigne sur l’appareil et ses fonctionnalités. Les sites de vente, les groupes de discussions sur les réseaux sociaux et les forums pourront aider les utilisateurs à faire leurs choix.

Ensuite, l’utilisateur n’achète un appareil connecté que s’il en a un un réel besoin.

Et enfin, avant l’achat l’utilisateur vérifie la possibilité de désactiver les fonctionnalités du robot culinaire connecté. Il vérifie que la désactivation se fait par les réglages de l’appareil ou par un bouton. Le plus important est que l’utilisateur désactive la connexions WI-FI et le microphone sans l’intervention du constructeur

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Fermer